Warning: file_get_contents(/proc/loadavg): failed to open stream: Permission denied in /home/www/clemibretagne/www/JDGL2018/config/ecran_securite.php on line 378
Zoom sur Eric Fottorino - Journal du Goncourt des lycéens 2018
bandeau site
Journal du Goncourt des lycéens 2018 Envoyez-nous vos contributions ici :
jdgdl2018@ac-rennes.fr

Zoom sur Eric Fottorino

mercredi 17 octobre 2018Comité de rédaction

Eric Fottorino, auteur du roman Dix-sept ans répond aux questions des lycéens lors des rencontres régionales à Rennes

Combien d’années avez-vous mis pour écrire votre roman Dix-sept ans ?

"5 ans."

17 ans, un âge important ?

" C’est l’âge où j’ai su que j’avais un père »

Avez-vous toujours voulu être écrivain ?

" Pas toujours mais en tout cas je crois que c’est venu assez tôt dans mon esprit de m’exprimer par la littérature”

Qu’est ce qui vous a donné envie d’écrire ?

"Ce qui m’a donné envie d’écrire c’était d’élucider ma propre identité. J’ai écrit beaucoup de livres non pas autobiographiques mais qui, en tout cas, mettaient en jeu une quête identitaire.”

Quelle a été votre réaction en voyant votre livre dans la liste du Goncourt des lycéens ?

"J’étais heureux de voir qu’il avait été sélectionné, que ça lui donnait la chance d’être lu davantage notamment par les lycéens. C’était une reconnaissance pour mon travail"

Qu’est ce que vous apportent les rencontres avec les élèves ?

"Les questions posées par les lycéens je ne me les pose pas moi-même donc ça m’aide à mieux comprendre ce que j’ai écrit."

Pensez-vous avoir une chance de gagner ?

" Alors, oui je vais gagner parce que il y a 14 ans j’ai fait deuxième et que j’aime bien m’améliorer ! Après, sérieusement, bien sûr lorsqu’on figure dans la liste de la sélection comme ça, on a toujours l’espoir d’être distingué. Mais, je pense que c’est un peu comme les jeux olympiques, l’important c’est de participer. J’aime bien l’idée que l’on puisse vous rencontrer, rencontrer des jeunes lecteurs et je crois que c’est ça qui compte. Je suis heureux de retrouver cette ambiance"

Quelle est la part autobiographique de votre roman ?

“Le réel a eu besoin de l’imaginaire pour se développer. Rien de plus efficace que la fiction pour servir le réel. C’est un livre que je n’ai pas aimé écrire"

Comment votre mère a-t-elle reçu le livre ?

“C’est assez dur pour elle puisque sa douleur est toujours là. Elle était très angoissée à l’idée que j’écrive sur son histoire. Mais en même temps libérée que ça soit moi qui l’écrive et pas quelqu’un de l’extérieur. Elle ma dit :”Je te remercie d’avoir écrit ce texte de mon vivant” ”

Êtes-vous sensible à la critique ?

“ J’écris avant tout pour moi. L’écriture c’est entre moi et moi. L’acte de création, c’est là où se joue la littérature »

Avez-vous des idées pour un nouveau roman ?

"Je suis en train d’écrire un nouveau livre sur le monde paysan et sur la fin d’une civilisation paysanne dans le Jura. Rien à voir avec Dix-sept ans."